18, comme 18 ans

Publié le par Arnoul MAFFRE

Se seront écoulées plus de 18 années entre l'élection de Jean Germain à la mairie de Tours (en 1995) et la mise en service de la première ligne de tramway, qui entrera en service commercial le 1er septembre 2013. L'actuel maire de Tours ne serait donc pas un partisan de la première heure du tramway ? Ou bien faut-il imputer ce très long délai aux atermoiements sur le tracé de la première ligne ? A titre d'exemple, il y a encore cinq ans, le maire de Tours annonçait que le tramway emprunterait finalement le boulevard du Maréchal Juin et le pont Mirabeau*, alors que le tracé par la Tranchée, finalement retenu, semblait déjà (et depuis longtemps) le plus logique.

Le temps a dû paraître bien long à Alain Devineau, actuel adjoint à l'urbanisme et au patrimoine et acteur de premier plan de l'actuel projet, qui, au début des années 1990, proposait déjà au maire de l'époque Jean Royer de construire un TVR (Transport sur Voie Réservée) à Tours. Ce mode de transport hybride à plus d'un titre, mixte électrique/thermique et guidé/non guidé n'aura été développé qu'à Nancy et à Caen.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4f/Tramway_de_Caen_Station.jpg

Le TVR de Caen fonctionne avec un système caténaires-pantographe, comme le tramway, alors que celui de Nancy est alimenté via des perches, comme un trolleybus (Alain Caraco, Wikipedia Commons). Caen, 12 août 2004.

 

Moins cher à la construction, ce système s'est finalement avéré aussi onéreux que le tramway classique à cause des déboires techniques qu'il a engendré, notamment à cause d'ornières formées dans les chaussées, dues au passage répété des pneus de l'engin, guidé par un unique rail central. Si la technologie a depuis été améliorée, il n'en reste pas moins que la plateforme doit être régulièrement rénovée, comme à Nancy actuellement. Et les véhicules sont sous-capacitaires et non réversibles (une seule extrémité est équipée d'un poste de conduite).

Bien-sûr, il faut reconnaître au TVR l'avantage d'une certaine flexibilité liée à son caractère doublement hybride, comme la possibilité de l'utiliser comme un bus classique (en mode thermique et non guidé) en zone suburbaine pour la desserte des bouts de ligne.

Voyons donc cette attente du bon côté : en 18 ans, les réflexions ont abouti à la décision la plus raisonnable : celle d'un tramway ferroviaire, technologie éprouvée, avec des rames longues qui ne poseront aucun problème de capacité. Le matériel proposé par les divers constructeurs a évolué très rapidement vers des tramways à plancher bas intégral, gage d'accessibilité, qui n'existaient pas en 1995. Et les systèmes d'effacement de la ligne aérienne ont eux aussi été mis au point ces dernières années. Le recul montre que Tours a largement pris le temps de la réflexion, ce qu'on oublierait presque en suivant l'actuel projet et son calendrier serré.


Plus d'infos sur le TVR avec l'article Wikipedia qui lui est consacré.

(*) Voir la Nouvelle République du 18 novembre 2005 : "Tramway : un nouveau tracé pour desservir le nord de Tours".

Commenter cet article

Bruno Dewailly 21/09/2010 17:12


"A titre d'exemple,les déviations de réseaux viennent de débuter à Besançon alors que l'enquête publique ne devrait débuter que dans un mois ou deux".
Oui M. Massire, juste à titre d'exemple. Car ce n'est pas parce que le conducteur devant moi brule le feu rouge, que j'ai le droit d'en faire autant !


Alain Beyrand 21/09/2010 12:52


J'en suis étonné, car je n'en ai pas trouvé trace sur Internet. Ce n'est certes pas contradictoire, mais cela signifie, pour le moins, qu'ailleurs ces travaux de dévoiement ne sont pas importants
(pas au point de supprimer des rond-points, d'interdire la circulation durant deux mois, de gêner les commerces...) et ne portent pas sur des portions de tracé contestées.

De plus, sur la page Web que j'ai signalée sur le tram de Brest, la commission a obligé la mairie à ajouter au budget Tram un tiers du budget de dévoiement. La ville de Tours, elle, a fixé ce
pourcentage à 0%.

Il y aurait donc lieu de se demander pourquoi sur le site officiel on parle tellement des travaux de dévoiement, eux qui, à en croire les données budgétaires, sont déconnectés de ceux du tram... Et
pourquoi deux "tram'bassadeurs", payés par le tram, s'occupent à temps complet des travaux de dévoiement...


Hugo Massire 21/09/2010 12:07


Non, c'est le cas en fait à peu près partout, bien que les travaux entrepris à Tours soient effectivement importants. A titre d'exemple,les déviations de réseaux viennent de débuter à Besançon
alors que l'enquête publique ne devrait débuter que dans un mois ou deux.


Alain Beyrand 20/09/2010 23:46


Vu sur le site officiel, page http://www.tram-tours.fr/index.php?idtf=5108 :
"Quand est prévue la mise en service du tramway ?
La mise en service commercial est prévue au plus tard le 1er septembre 2013."

Par ailleurs, sur cette page http://renaudlefloch.wordpress.com/2009/09/11/conseil-bmo-10-juin-2009-tramway
il est écrit que la commission d'enquête du tramway de Brest avait déclaré :
« la fréquentation du public et les observations du public auraient pu être plus importantes si certaines informations ayant circulé avant le début de l’enquête et principalement dans la presse
n’avaient indiqué les dates du début des travaux ainsi que de l’inauguration de la première ligne de tramway de Brest et ceci sans aucune mise au point du maître d’ouvrage. La commission d’enquête
estime regrettable, ce sont ses termes, ce genre d’information, car comme l’ont fait remarquer de nombreux intervenants, cela pouvait laisser entendre que la construction de la ligne de tramway
était un fait acquis et que dans ces conditions l’enquête et les observations du public n’avaient plus aucune utilité ».

Nous sommes bien dans un cas semblable à Tours. Et même pire, puisque les travaux de dévoiement ont commencé avant la Déclaration d'Utilité Publique, ce qui ne semble pas avoir été le cas dans
d'autres villes de France (d'après mes recherches ; quelqu'un peut-il me contredire ?).


Collin 17/09/2010 07:33


Dans "plus" de 18 ans, il y a le mot plus ... Pas de voyance, de préfet ou de poisson pané à la rabelaise, il y aura un tram après "au moins" 18 années de Jean Germain.