Et à Angers, ils ont fait comment ?

Publié le par Arnoul MAFFRE

La capitale angevine a un temps d'avance sur son homologue tourangelle : sa première ligne de tramway, de plus de 12 kilomètres, ouvrira au service commercial en juin 2011. Actuellement, on procède à la mise en place des enrobés autour des rails, on termine l'installation de la ligne aérienne de contact et on réceptionne les rames dans le centre de maintenance dernier cri. Bref, on constate qu'avec notre dévoiement de réseaux, nous ne sommes qu'à la genèse de la construction du tramway tourangeau.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/8c/Tram_angers_flambant_neuf_-_mai_2010.jpg

Rame fraîchement livrée circulant près du centre de maintenance (Wikipedia Commons). Angers, juin 2010.

A Angers comme ailleurs, les travaux ont été une période difficile pour les commerçants et les riverains, mais le chantier commence à n'être plus qu'un souvenir. L'heure est désormais à la fête et les rues, fraîchement pavées ou arborées, se dépouillent une à une de leurs palissades dans une ambiance propice au retour du chaland. Ainsi, la rue de la Roë, une artère étroite mais très commerçante où la ligne a dû passer à voie unique pour se frayer un chemin, a réouvert le premier week-end d'octobre. La rue était en fête sous le signe des arts du cirque, ce qui a permis aux commerçants de sortir par le haut d'une période morose.

Les commerçants angevins ont tout de même eu la chance de bénéficier d'un régime de faveur non négligeable : les pertes d'exploitation liées aux travaux de déviation des réseaux ont été prises en compte pour l'obtention d'éventuels dédommagements, alors que l'obligation légale impose seulement de considérer les perturbations ultérieures à la Déclaration d'Utilité Publique. De plus, ce ne sont pas seulement les artères du corridor tramway mais aussi les rues adjacentes qui étaient concernées par la procédure d'indemnisation.

La création de parkings provisoires, notamment dans la commune périphérique d'Avrillé, a elle aussi permis aux commerçants de mieux traverser le chantier. Lors de l'enquête publique tourangelle, un commerçant de Joué-lès-Tours a d'ailleurs proposé l'idée de faire de même sur l'îlot Gratias, ce qui faciliterait l'accès aux magasins de la rue Gamard. Et pour refermer cette boîte à idées angevine, on peut citer l'initiative du site officiel du tramway, édité par Angers Loire Métropole, de lister tous les commerces qui restaient ouverts sur le corridor tramway, en les classant par activité. De quoi faciliter la vie des commerçants comme de leurs clients !

Quelle est la position de l'Ucat ?

Le 21 octobre, le président de l'Ucat (Union des commerçants et artisans de Tours), Jean-Jacques Hébras, remettait au Préfet, avec d'autres associations et habitants, le fameux dossier commun de "Convergence et analyse d'orientation". On a beaucoup parlé ici : ce dossier invite le préfet à ne pas suivre l'avis de la commission d'enquête et à refuser de déclarer le projet de tramway d'utilité publique. L'Ucat ne voudrait donc pas du tramway proposé par le Sitcat ?

       Déviation des réseaux 0918 032

Sur le terrain, CitéTram fait le nécessaire pour signaler la présence des commerces, comme ici au Beffroi (à g.) et au Sanitas (à d.).

Le mardi suivant, 26 octobre, les commerçants réunis à son invitation à la salle des Mariages de l'Hôtel de Ville ont trouvé un Jean-Jacques Hébras sans doute résigné, qui semble avoir compris que le tramway se fera. Et pour cause : il leur a proposé un plan de communication de 400 000 euros et les a incité à proposer des offres commerciales réellement intéressantes pour toute la période des travaux. L'initiative est saluée par la majorité municipale, en la personne de l'adjoint au commerce Alain Dayan. Selon la Nouvelle République, dès le mois d'avril, un site Internet verra même le jour pour promouvoir les commerces sur la toile... et il s'appellera vivement-le-tram.fr !

Ce revirement est bienvenu pour les commerçants, qui ont tout intérêt à prendre leurs responsabilités pour garder la tête hors de l'eau pendant les travaux. Malgré la mise en place d'une commission d'indemnisation, il est bon de ne pas se faire oublier des clients et de les mettre en appétit au point de les faire déambuler volontiers entre les palissades de chantier.

Publié dans Billets

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Matfanus 05/11/2010 11:17


M. Dewailly, merci de votre réponse ainsi que votre commentaire sur mon blog. Si j'ai réagi c'est que les procès d'intention envers les blogueurs sont légions, surtout envers ceux qui comme Arnoul
tiennent un blog d'information sur un sujet précis comme le tramway qui suscite différentes oppositions. Et je sais trop bien qu'en tant que blogueur il est parfois difficile de faire passer une
information sans faire passer une opinion. C'est là une différence majeure entre nous autres blogueurs amateurs et des journalistes.

Ceci dit, vos propos sont souvent très bien argumentés et c'est une des raisons pour lesquelles je suis un lecteur assidu de ce blog, c'est que je peux m'informer par le biais des articles mais
aussi avec les commentaires qui en découlent qu'ils soient du même avis ou non.

Pour "le grand méchant Jean Germain", c'était évidemment une petite pointe d'humour.


Bruno Dewailly 04/11/2010 20:19


M. Matfanus, merci pour votre message. Je ne dénigre pas toujours le travail de M. Maffre, mais s'il est vrai que mes principales réactions sont des commentaires critiques. Mais rassurez-vous, je
trouve ce blog globalement bien fait et son auteur me semble faire effectivement preuve de passion. Le fait même que je vienne le lire et participer aux débats prouve d'ailleurs mon intérêt pour le
travail effectué et les commentaires des autres lecteurs. Mais vous connaissez le dicton, "qui aime bien châtie bien".
Alors pour être un peu plus clair je vais tâcher de préciser de ma dernière remarque qui vous a fait réagir. Elle se base sur la phrase suivante "Ce revirement est bienvenu pour les commerçants,
qui ont tout intérêt à prendre leurs responsabilités pour garder la tête hors de l'eau pendant les travaux". Personnellement, je trouve que ce commentaire relève de l'opinion et non de
l'information. Ce que je trouve fort dommage car elle nuit à l'ensemble de l'information précédente, en proposant au lecteur une conclusion sous la forme du "prêt à penser".
Par ailleurs, pour écrire de tels propos sur un retournement de la position de M. Hébras, il aurait fallu creuser un peu plus la question il me semble, car parfois les apparences peuvent être
trompeuses. Dans quelle mesure ce dernier était-il signataire du document de convergence ?
Enfin, je pense n'avoir jamais dit que notre bon maire était un "grand-méchant". J'ai juste fait remarquer que ce dernier ayant publiquement menacé de trainer "en correctionnel" les opposants à son
projet, le Petit Robert dénommait ce genre de comportement par "caporalisme". Je ne suis ni responsable des définitions du dictionnaire, ni des paroles tenues en conseil municipal. Je n'ai fait que
mettre en perspective l'acte verbal et sa définition.
Voilà donc pour les précisions.

Enfin, pour faire suite à la démonstration de M. Massire, je pense qu'il serait bon de rappeler que des trams de cette longueur signifient des cadences moins élevées. Car pour une même enveloppe
budgétaire cela signifie tout simplement moins de véhicule. Une bonne question qui mérite d'être posée il me semble en terme de modèle choisi c'est celle de la qualité de service rendu aux
voyageurs que je qualifierai ici plutôt d'usagers que de clients tant c'est bien eux au final qui financeraient largement l'investissement. Ainsi, choisir un modèle de véhicule parmi les plus long
et compte tenu du nombre de voyageurs attendus au départ et à terme, ..., ce choix ne me semble pas judicieux. On peut d'ailleurs tester différents modèles mathématiques de prévision de traffic en
fonction du type de véhicule, de la densité de pop sur le tracé, des espaces de travail et de commerciaux, des différentes lignes de rabattement prévues, ..., des flux actuels, les résultats
prouveraient à n'en pas douter que ce tramway est surdimensionné par rapport aux besoins initiaux et à moyen terme. La perte de cadence liée au nombre moindre de rames ferait perdre beaucoup de
l'intérêt à la proposition et la solution palliative serait certainement de rabattre un maximum de ligne de bus vers le tram pour tenter de profiter de sa contenance, causant ainsi de nombreuses
ruptures de transport pour les voyageurs circulant transversalement. Mais, je dois reconnaitre, pour être honnête, que ce dernier inconvénient peut être modéré à condition de bien réfléchir à la
structuration du réseau de transport en commun associé. Mais, compte tenu des logiques économiques qui gouvernent ce genre de plan et d'un certain nombre d'expériences dans diverses agglomérations,
j'ai un doute sur la prédominance de la politique de service sur celles de la rentabilité et du profit.


Matfanus 04/11/2010 18:56


M. Dewailly, c'est vraiment dommage que vous vous obstiniez de la sorte à vouloir rabaisser le travail d'Arnoul. A croire que si on n'est pas de votre avis on est forcément un suppôt du grand
méchant Jean Germain.

Arnoul a créé un blog sur un projet qui le passionne en tant que citoyen. Comme tout blog celui-ci reflète logiquement le parti pris de son auteur. Pour autant il me semble qu'Arnoul informe bien
les tourangeaux sur ce projet majeur ne serait-ce que par la quantité d'informations qu'il partage. De plus il me semble également en tant que lecteur assidu que l'information est transmise par le
biais des commentaires, les vôtres compris dans la mesure où ce blog est ouvert à tous les avis qu'ils soient positifs ou négatifs.

Je trouve vos remarques d'autant plus dommage, que connaissant un peu vos travaux de géographe, je sais que vous pouvez émettre des avis éclairés. Ce que vous avez déjà montré dans vos commentaires
ici d'ailleurs.


Hugo Massire 04/11/2010 17:26


Le surcoût, M. Jauzenque ? C'est toujours délicieux, ce genre d'assertion faites sans réaliser quelques recherches ...

Donc, pour reprendre :
Angers : rames Citadis 302 (32,4 mètres), technologie APS, design personnalisé.
Tours : rames Citadis 402 (43 mètre...s), technologie APS, design personnalisé.

Le tramway d'Angers est donc tout autant un modèle de série que celui de Tours, la caractéristique des Citadis d'Alstom étant que le design est systématiquement personnalisé. Mais poursuivons donc
:

Angers : Achat en 2006 de 17 rames pour 45M€ (2,65M€/rame)
Tours : Achat en 2010 de 21 rames pour 73M€ (3,48M€/rame).

Alors, Tours plus cher ?

Eh bien non, rappelez-vous, celles d'Angers sont plus courtes... Le mètre de tramway angevin revient donc à 81 790 €, et le mètre de tramway tourangeau à 80 930 €. Bigre, on en pâlit déjà.

Pour boucler la boucle et comparer ces chiffres sur un pied d'égalité, refaisons le calcul en euros constants (pour l'INSEE, 1€ valeur 2005 = 1,061€ valeur 2009). Le mètre de tramway angevin
revient alors à 86 779 €.

On peut donc légitimement considérer que les rames angevines ont été payées 7% plus cher que les tourangelles.

C.Q.F.D.


Bruno Dewailly 04/11/2010 12:24


Lorsque je lis ce papier comme bien d'autres avant, je ne peux m'empêcher de penser que ce blog est avant tout l'expression d'une opinion et non l'expression d'une information. Pourtant, la
présentation de ce blog sous Google dit ceci "Blog d'information sur la première ligne de tramway de l'agglomération tourangelle. Un tram pour Tours hébergé par OverBlog."
Que l'on exprime son opinion, je n'ai rien contre. Que l'on fasse passer une opinion pour une information factuelle, là c'est plus gênant.
Allez, encore un petit effort, et vous pourrez proposer à la mairie de Tours un plan de financement pour les blogs d'information indépendants.