Sanitas : les habitants disent adieu au mail

Publié le par Arnoul MAFFRE

Jeudi, alors qu'une bonne moitié du mail arboré du Sanitas était encore debout, les passants pouvaient lire les quelques mots écrits par des militants anti-abattage et des habitants du quartier, apposés sur des pancartes attachées aux arbres. Une façon pour tous de dire au revoir, dans une tristesse recueillie, parfois non sans amertume ou sans colère, à ces arbres âgés d'une cinquantaine d'année pour les plus vieux.


TDG 017

Jeanine, 70 ans : "C'est un massacre, c'est le désert. Si c'est une histoire écolo, je veux bien. Mais je connais plein de gens qui auraient dit non à l'abattage, si au moins y'avait eu un référendum... Y'a aussi des gens qui se demandent pourquoi on a pas été consultés."

 

TDG 019Isabelle, 49 ans : "Ce serait bête de couper ces arbres, les trottoirs vont être nus !! Je suis pour le tramway, ça fait moins de bus, de voitures, de pollution, mais ça aurait ét plus intelligent d'aménager entre les arbres plutôt que de les couper."

 

TDG 020Le collectif Vélorution Tours s'affiche aussi.

 

TDG 021"Au Sanitas, y'a des sapins qui sont morts. Eux, ils nous les laissent alors qu'ils abattent les beaux arbres. Cela fait 30 ans que j'habite ici, y'a pas de considération pour les habitants. Les arbres, ça faisait un peu de nature. Le jet d'eau, ils l'ont fait sauté, tout ça pour mettre du béton et un rond-point à la place." Rappelons tout de même à cette habitante du Sanitas que le rond-point Saint-Paul sans jet d'eau n'est que provisoire, le temps de construire la ligne de tram et de réintroduire l'eau sous forme d'un "miroir" sur lequel se reflètera l'église. Le carrefour des boulevards de Lattre de Tassigny et de Gaulle sera réaméngé avec des feux tricolores.

 

TDG 023Freddy, 25 ans : "Cela va faire vide, ça fait longtemps qu'ils sont là ces arbres. Le tram ? Il va m'apporter plus de bruit et pas d'avantage de transport. Ici, c'est le meilleur coin pour se poser dans le quartier."

 

TDG 024Françoise, 54 ans : "Moi, je suis de la région parisienne et quand je suis arrivée à Tours, j'ai trouvé très beau cette ville aérée et pleine d'arbres."

 

TDG 026"Etes-vous prêts à me voir mourir ?" en guise de conclusion. Reste à savoir qui c'est, vous.

 

Le tram en phase destructive

L'abattage de ces arbres, comme la démolition de l'îlot Vinci prévue pour la fin de l'été et évoquée aujourd'hui dans la Nouvelle République (1), font partie de la phase destructive préalalble au lancement de la phase constructive du tramway. Le début des travaux de plateforme est en effet imminent - si ce n'est effectif - au Sanitas, le long du lac de la Bergeonnerie ou encore rue du Colombier.

La phase constructive est bien avancée du côté du pont sur le Cher, où les armatures métalliques sont en cours d'installation pour la pile sud.

Vivement la généralisation des ces travaux de construction que l'on espère les plus intéressants possibles. En souhaitant qu'ils fassent oublier les dures images des intenses abattages de cette semaine.

 


(1) La Nouvelle République, 9 avril 2011, "Ilot Vinci, le blues des commerçants évincés".

 

Les abattages de cette semaine en (dures) images :

La Nouvelle République : "Les défenseurs des arbres ne se laissent pas abattre".

France 3 Centre : "Tours : ils grimpent aux arbres pour les sauver".

TV Tours : "Les arbres du Sanitas coupés (Tours)" et "Les travaux du tram font des victimes : les arbres".

Publié dans Les travaux du tram

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Léon 21/04/2011 15:07


L'ensemble de la procédure tramway mise en place à Tours dont les pré-études, la phase de concertation, le dup, l'enquête, ... relève du simulacre de droit et du mépris de justice.
Je ne vois pas très bien comment, un tribunal, se penchant sur le dossier, pourrait ne pas sanctionner fortement de tels abus et dérives, qui s'ils ne le sont pas créeront une jurisprudence
dénaturant complément la lettre et l'esprit des lois qui sont allègrement bafouées.


Hugo Massire 15/04/2011 17:48


M. Beyrand,
On pourra disserter longtemps sur la question de "n'importe quel lecteur". Un examen attentif de la carte à gauche de la page 59 laisse pourtant peu de doutes quant au devenir des arbres
aujourd'hui abattus. On peut toutefois, je crois, légitimement regretter que cette esquisse n'ait pas été transposée dans le plan général des travaux, en en reprenant le code graphique. Cela eut
centralisé sur cette série de planche la totalité des aménagements prévus ; il y aurait alors eu les petites croix rouges qui auraient mis la situation au clair pour tout le monde.

Cordialement,


Alain Beyrand 15/04/2011 16:38


J'ajoute que le schéma en bas à droite de la page page 59 (Tome 2, pièce E4) montre des tilleuls tout à faits semblables à ceux existants, il y a donc lieu de croire qu'ils étaient gardés.

C'est conforté par la page suivante où il question de "tilleuls taillés en rideau" comme actuellement. N'importe quel lecteur croit alors que ce sont ceux déjà existants.


Alain Beyrand 15/04/2011 16:28


M. Massire, je viens de revoir les pages que vous m'indiquez :

1) Tome 2, pièce E4, page 59 et 60, il est écrit "Les éléments présentés ci-après sont issus de l'esquisse du concours de maîtrise d'oeuvre. Ils seront affinés au cours des études à venir et
pourront faire l'objet d'adaptations dans le cadre des discussions avec les partenaires du projet". Une esquisse de concours n'est pas un plan d'aménagement, ni un "projet précisé". Quant à mon
terme de "projet fantôme", je le reconnais, il est trop fort. Je le remplace par "projet esquissé modifiable à volonté". Et, je le note, sans la moindre volonté affichée d'ouvrir des discussions
avec les habitants. Et sans la moindre indication flagrante d'abattage d'arbres. C'est vrai que j'aurais pu le deviner, car dans notre ville dès que l'on aménage une place, on commence par abattre
tous ses arbres. Mais que voulez-vous, cette façon de faire est tellement barbare que je n'arrive pas à m'y faire...

2) Tome 1 pièce C page 28, je vois seulement écrit "Etudes en cours", des courbes non légendées, correspondant à on ne sait trop quoi (je pensais à l'existant) (et je ne vois pas de correspondance
flagrante avec le dessin du document précédent), donc ce n'est pas clair du tout. Surtout, je ne vois aucune croix rouge, ce qui signifie qu'il n'y a pas d'abattages prévus, exposés en document
public en ce mois de juillet 2010. Et je ne les vois notifiés dans aucun document préliminaire à la DUP de décembre, ni dans aucun document préliminaire à l'abattage du 4 avril. Mais je ne sais pas
tout, j'ai pu louper quelque chose et je suis heureux que vous soyez là pour me contredire, vous qui connaissez très bien le projet. Mais le pouvez-vous ?


Hugo Massire 15/04/2011 14:25


Monsieur Beyrand,

Vous trouverez un plan de l'aménagement prévu de la place de la Tranchée, ainsi qu'un descriptif, dans le dossier de DUP, tome 2, pièce E4, pages 59 et 60. Ce dossier a été comme vous le savez
soumis au public il y maintenant dix mois. Le projet a donc été précisé, que vous n'en ayez pas tenu compte ne relève que de vous.
J'ajoute que bien que la place de la Tranchée soit indiquée en grisé, sous forme de "projet connexe", dans le Plan Général des Travaux (tome 1, pièce C, page 28), il est toutefois bien clair que la
chaussée du nouveau rond-point passe à l'emplacement des tilleuls récemment abattus.

On peut regretter le parti retenu pour l'aménagement de la place de la Tranchée - comme de la place Choiseul - mais on ne peut dans ces conditions pas parler de projet fantôme lorsque deux pages
sont consacrées à sa description.

Cordialement,

H.M.