Venons-en aux faits !

Publié le par Arnoul MAFFRE

La rencontre riverains de mardi dernier consacrée aux travaux de déviation des réseaux dans le quartier des Deux-Lions n'a pas parlé que de cela. Elle a été le théâtre d'un débat assez vif concernant le début des travaux alors que le tramway n'est pas déclaré d'utilité publique. Mais comme je l'ai déjà écrit plusieurs fois, ces travaux préparatoires ne sont pas soumis à l'enquête publique, qu'on le veuille ou non, et le sésame préfectoral est donc inutile au début de ces chantiers. Cela ne date d'ailleurs pas d'hier, puisque l'explication a été donnée le 30 mars dernier par les élus et responsables techniques, lors de la rencontre riverains Choiseul - gare. D'ailleurs, les dossiers d'enquête indiquent un coût du projet qui ne prend pas en compte le dévoiement des réseaux.

Le géographe tourangeau François Louault, présent à la rencontre riverains de cette semaine, a affirmé qu'il était proposé plusieurs variantes pour certaines sections du tracé, notamment pour le pont sur le Cher et le débouché de la ligne de tram dans le quartier des Deux-Lions. Les responsables du projet lui ont alors expliqué qu'à chaque fois que des variantes ont été étudiées, l'une d'entre elles a été retenue suite à des études comparatives publiées dans les dossiers pour ne soumettre qu'un seul tracé définitif à l'avis de la population. Et si néanmoins les variantes étudiées et non retenues sont exposées, c'est dans un souci de transparence (qui devrait plaire à certains). Croyez-moi ou non, M. Louault a récidivé avec ses contre-vérités ce matin dans la Nouvelle République, alors qu'il a eu le temps, comme moi, de confirmer les propos de la maîtrise d'ouvrage dans les dossiers d'enquête, encore disponibles sur le site Internet du projet... Le tracé de la ligne le long du lac de la Bergeonnerie y est acté à deux reprises au moins.

DSC03513

C'est le tracé par l'ancienne plateforme de la ligne Tours - Les Sables d'Olonne, le long du parc de la Bergeonnerie, qui a été retenu dans le dossier d'enquête soumis à la population.

Le problème est que ces mises au point n'ont pas été faites dans les différents compte-rendus de cette réunion : ni la Nouvelle République (mercredi comme aujourd'hui), ni l'édition locale Touraine Val de Loire de France 3 de mercredi soir n'ont rétabli ces vérités. Dommage que ces journalistes aient préféré rendre compte des éclats de voix et des émotions plutôt que des faits.

Publié dans Billets

Commenter cet article

Hugo Massire 10/08/2010 14:15


Bonjour M. Beyrand,

Concernant M. Louault, je ne peux pas être d'accord. On ne peut pas se lancer dans de tels procès d'intention, se montrer aussi vindicatif, et se vouloir exact (cf. je ne sais plus quel arrêté d'un
tribunal administratif, que M. Louault avait préparé à l'avance pour son appui) tout en se permettant de telles approximations, de telles largesses à partir du moment où elles contribuent à la
prétendue démonstration. C'est trop facile. D'autant, comme vous le dites, qu'une étude complète et exhaustive des dossiers d'enquête publique n'exclue absolument pas la formulation de critiques
justifiées.

Concernant le terme de « pari ». M. Paroissien est tout de même un peu plus qu'un technicien, la NR aurait gagné à le savoir... Mais il est certain que ce n'était pas à lui de se
justifier, ni même à M. Texier, qui n'est tout de même pas le premier concerné par le tramway. C'est du ressort de M. Devineau, et à plus forte mesure de M. Germain. Le maire a décidé que le tram
roulerait en service commercial au 1er septembre 2013, ce pour des considérations bien évidemment politiques. Cette date est tenable, ce sans - et je vais vous faire sourire - employer le moindre
moyen illégal. Mais elle oblige à comprimer au maximum la durée des travaux, des études préparatoires, de la concertation avec le public. Cela ne veut pas dire que tout cela a été mal fait ; le
tram n'est après tout pas une idée neuve à Tours, mais il aurait en effet fallu donner davantage de temps au temps. Je comprends les motivations du maire, ça ne m'empêche pas de les déplorer.

Vous écrivez par contre que le PLU de 2003 ne prévoyait pas de tram sur rail. Attention, il s'agit du PDU (Plan de Déplacements Urbains) qui ne poursuit pas du tout les mêmes fonctions que le POS
ou le PLU. Jean Germain n'avait en effet alors pas encore décidé du mode du TCSP : il fut un temps plus favorable à un tramway léger (type TVR de Caen), à l'instar de Jean Royer.

Cordialement.


Alain Beyrand 10/08/2010 11:55


N'évacuons pas le plus important.

Vous avez raison, M. Louault s'est "planté". Le dossier soumis a enquête propose un tracé figé sur lequel il n'y a pas ambiguité (sauf cas vraiment spécial permettant deux lectures ; mais s'il y a
plein d'explications manquantes ou floues, ce qui est gravement anormal, je n'ai pas vu d'ambiguïtés sur le tracé, et personne ne semble n'en avoir relevées avec pertinence) (à la décharge de M.
Louault, une lecture partielle du dossier peut laisser croire à des choix non effectués).

Vous avez raison de dire que la NR est mauvaise en ce qui concerne le tramway. C'est parce qu'elle ne semble pas avoir (ou ne pas vouloir...) de vrais journalistes, des journalistes qui pensent pas
eux-mêmes, qui savent mener des investigations, des enquêtes... On en arrive à des attitudes étriquées reprenant sans la moindre jugeotte des propos divers, principalement ceux de la mairie
d'ailleurs, mais pas toujours, on le voit sur cet exemple. J'ajoute qu'il lui arrive d'avoir une attitude impolie en ne reprenant pas des informations qu'on lui dit importantes (passe encore, c'est
subjectif) et en reprenant des infos qu'on lui demande de ne pas reprendre. TV-Tours me semble avoir une attitude plus responsable et équilibrée, bien que superficielle aussi.

Vous avez tort en réduisant à des "éclats de voix" les protestations émises lors de la réunion du 3 août. La NR a tout de même relayé les 3 propos les plus importants. Ceux de la personne qui a dit
"Pourquoi avoir témoigné à l'enquête, puisque les travaux commencent sans en tenir compte ?", celle qui a dit "Quand un particulier construit une maison, il ne commence pas quand les plans sont
finis, il commence lorsque le permis de construire est approuvé. Là, c'est pareil, les travaux ne devraient commencer que lorsque le préfet aura proclamé la DUP (déclaration d'Utilité Publique)".
Ceux qui étaient dans l'estrade ont essayé un certain temps d'évacuer ces questions, mais quand elles se sont faites plus pressantes et précises, ils ont piqué du nez et une gêne certaine s'est
emparée d'eux. C'est M. Paroissien (maître d'oeuvre SITCAT) qui les a tiré d'affaire en expliquant clairement qu'il y avait là un "pari", ce qu'a bien repris la NR (dont l'article a des défauts
autres, et pas seulement celui que vous avez dit).

Je trouve très paradoxal que ce soit un technicien qui ait apporté cette réponse. Car le "pari" ne résulte pas d'un choix technique, mais d'un choix politique. Les conseillers municipaux de
l'estrade se sont montrés incapables de l'assumer.

Un "pari" ! Mais c'est grave et inconséquent de lancer des travaux sur un pari ! D'une part, la loi est peut-être respectée dans la lettre, mais elle ne l'est pas du tout dans l'esprit. D'autre
part, ça risque de coûter cher au contribuable tourangeau.

Ce matin, au Sanitas, une pelleteuse est entrée en action en face de la Place Neuve pour modifier les canalisations de chauffage. Je me suis rendu sur place pour m'assurer qu'aucun arbre ne sera
abattu, ça semble être le cas. Mais, dans l'enquête publique, les associations SEPANT et AQUAVIT, se sont jointes à moi pour demander un autre tracé à cet endroit. Et les Verts, et d'assez
nombreuses personnes, sont aussi allés dans ce sens. En plus d'une bonne probabilité que la DUP soit refusée, s'ajoute donc ici une forte probabilité que le préfet refuse l'actuel tracé. Les
travaux en cours seront-ils alors compatibles avec le futur tracé ? Ce n'est pas évident du tout. Or ils ne sont pas gratuits...

Les tourangeaux n'ont pas du tout voulu ce "pari" et ils risquent d'en payer les dégâts. L'argent public est gaspillé.

Ce n'est donc pas un détail comme le suggère votre article, c'est vraiment essentiel.

Et ça alourdit gravement le manque de concertation (je dis bien "concertation", pas "consultation") et de clarté qui plombe ce projet de tram. Une fois de plus, on est dans une "politique du fait
accompli" où tout est décidé de façon opaque.

A part ça, je garde la même impression que celle que j'avais eue à la réunion du 2 juin. Je trouve que pour le déroulement des travaux, la mairie et le SITCAT prennent les choses en main pour que
ça se passe le moins mal possible avec la population. Ils s'en donnent les moyens, il reste à espérer que ça donnera des résultats probants. Si le préfet donne son accord pour la DUP...

Je n'en vois pas trace dans vos articles, vous avez tort de croire qu'il n'y a pas une épée de Damoclès sur l'actuel projet de tram tourangeau...

Personnellement, et graduellement, seulement depuis les derniers jours de l'enquête (après ma lecture des dépositions), j'en suis arrivé à souhaiter que la DUP ne soit pas délivrée. Il y a trop de
défauts (le premier d'entre eux étant la mauvaise intermodalité tram-train), il y a vraiment mieux à faire. Et le retard pris (4 ou 5 ans) permettrait de remettre les choses d'applomb. Légalement,
le PLU (Plan Local d'Urbanisme) de Tours, et sûrement d'autres éléments (SCOT) viendraient avant, ce qui procède d'un ordre plus logique (à ce que je sais, le PLU précédent, de 2003, ne prévoyait
même pas un tramway sur rails), De plus, je pense que, politiquement, ça serait une bonne chose, le tram serait l'enjeu principal des prochaines élections municipales et que ce soit à gauche (il
faudrait se démarquer des erreurs passées) ou à droite (fini le non, oui à un tram, mais bien différent de l'actuel projet), on se trouverait avec des projets beaucoup mieux pensés et plus
consensuels (on en devine les contours en lisant les dépositions (ce que ne sait pas faire la NR...)), à mon avis assez proches l'un de l'autre. Bref, plutôt que de foncer tête baissée dans un
projet coûteux, bling-bling, rigide et étriqué, on prendrait le temps de réfléchir pour aller vers un projet à la fois plus terre-à-terre et plus ambitieux, mieux intégré, souple et évolutif.


Letramdetours 07/08/2010 20:40


Merci Arnoul pour cette mise au point qui semblait indispensable, la presse n'aidant pas à la compréhension des travaux actuellement en cours qui en impressionne plus d'un.

A+

Letramdetours


Hugo Massire 07/08/2010 18:29


Salut Arnoul,

J'ignorais que c'était M. Louault à la réunion, ceci expliquant cela ...

Concernant la question, importante pour le projet, du tracé par la Bergonnerie, j'ai fait quelques recherches. La concertation Mobilitours partait sur un tracé de base par la rue Portalis, avec
franchissement du Cher par un pont biais : le tracé par l'ancienne ligne de Vendée n'était indiquée que comme variante (voir http://snofilbleu.free.fr/docs/tramway/tracemobilitours/9.jpg).

Le bilan de la concertation, publié par le SITCAT en juin 2008, indiquait, p.25 : « Le choix des variantes de tracé pour la liaison « Deux Lions - Rives du Cher » sera arrêté à
l'issue d'études plus approfondies menées lors des avant-projets.

Le 28 octobre 2008, la NR annonçait (voir http://snofilbleu.free.fr/docs/tramway/NRtramway_pleinepage_28102008.pdf ) : « le tracé par la rue Portalis, en site mixte, est considéré comme une
source de problème de circulation. La variante le long du lac serait préférée. Aux autorités de trancher. »

En 2009, c'est ce tracé le long du lac qui apparaît sur tous les documents officiels, et notamment sur le site Mobilitours, mis à jour pour la restructuration du réseau de bus, et qui indique très
clairement que la plateforme de l'ancienne ligne de Vendée sera réutilisé.

Les motivations du choix final du tracé sont elles explicitées tome 1, pièce A1, p.29. La décision prise est clairement annoncée : la variante 1, correspondant au passage le long du Lac, est
retenue. Une analyse multicritères plus détaillée figure également tome 2, pièce E3, p.24 à 29. Il n'y a donc aucun quiproquo possible.

Il faut dans tous les cas, comme tu le dis, être très clair : le principe d'une enquête publique est de proposer un projet fini, prêt à être mis en œuvre, à la population, qu'il s'agisse d'une
ligne de tramway, d'une ligne TGV, d'une autoroute, etc. Le choix du tracé retenu, après concertation, pour le dossier d'EP relève du maître d'ouvrage, et de lui seul : il ne peut donc plus y
avoir, à ce stade, de variante. Le commissaire-enquêteur peut toutefois, s'il donne un avis défavorable au projet, motiver celui-ci en arguant que l'une des variantes non retenues était plus
pertinente, et que son absence au projet fini est de nature à entacher son caractère d'utilité publique. Or les variantes par la rue Portalis ne présentant aucun avantage particulier, je ne me fais
guère de souci.

A+,

Hugo.


Arnoul MAFFRE 07/08/2010 18:43



Concernant l'identité du principal intervenant de mardi soir, j'ai appris qu'il s'agissait de M. Louault en regardant le reportage de France 3 tourné pendant la réunion.


Merci pour le petit historique et les références au dossier qui ne font qu'étayer mes propos !



Mony 07/08/2010 17:06


Bonjour,
Je m'intéresse de prêt à toutes les démarches de collectivités qui souhaitent ouvrir leur projet à la participation citoyenne. J'ai trouvé un site qui doit ouvrir en septembre et qui s'appelle
mamairie-citoyenne.fr. Vraisemblablement un réseau social dédié au dialogue citoyen. L'avantage c'est que normalement tout passe par l'écrit et qu'on conserve donc une trace des propositions, du
nombre de votes par propositions, des sujets proposés par ville ... Le mail du fondateur a qui j'ai posé toutes ces questions et qui ma donné les réponses ci dessus :
damien(at)mamairie-citoyenne.fr
Voila dès fois que ça aide certains d'entre vous.

Bonne journée